Lauzerte, l'un des plus beaux Villages de France

Lauzerte compte depuis avril 1990 parmi les villages classés « Plus Beaux Villages de France », villages retenus pour la qualité de leur patrimoine, de leur architecture et de leur environnement. L’acquisition du label fait l’objet d’une sélection rigoureuse. Elle n’est jamais définitive, des efforts constants sont exigés pour en conserver le titre.
les Plus Beaux Villages de France

A l'origine, la colline de Lauzerte était un oppidum gaulois. Son nom actuel date des environs de l'an Mil. Tiré du latin «lucerna», lampe, il désigne une position idéale, visible de loin comme une lumière.

A la fin du XIIe siècle, le comte de Toulouse reçut la colline en don afin d'y bâtir un castelnau, une cité protégée par un château. La fondation, d'un intérêt stratégique et économique, connut un succès immédiat. Deux cents lots à bâtir furent distribués aux colons, attirés par les libertés consenties. Lauzerte, vers 1200, s'étirait le long d'une unique rue, au nord, tandis qu'un chemin contournait le plateau au sud. Entre les deux, l'espace fut rapidement occupé et la place créée sur le modèle de Montauban. Des faubourgs achevèrent plus tard l'urbanisation du site fortifié.

Etape des pèlerins de Compostelle, cité commerçante, peuplée et riche, comme en témoignent ses maisons médiévales, Lauzerte reste aujourd'hui l'un des plus beaux et des plus exemplaires catelnaux de hauteur fondés dans le Midi.

Placée au cœur de l'appellation Chasselas et de la zone de production des Melons du Quercy, Lauzerte veille en effet sur une campagne appétissante où les chemins louvoient entre plateaux calcaires et vallons. Ces derniers prennent au fil des saisons les couleurs des arbres fruitiers, du tournesol, du maïs, de la vigne, de la lavande, ...

La richesse du petit patrimoine local où domine l'éclat de la roche calcaire (pigeonniers, moulins, chapelles isolées, fermes cossues, ...) fait écho au charme de Lauzerte.

La ville haute, exemplaire de l'architecture médiévale, organise ses maisons autour de l'église St-Barthélemy et de la place des Cornières, l'une des plus belles de la région. Les remparts évoquent le rôle joué par Lauzerte, tiraillé entre les Anglais et les Français lors de la guerre de Cent Ans. Les demeures anciennes, de style gothique ou d'époque Renaissance, rappellent que la cité fut aussi un paradis pour riches magistrats et marchands prospères. Ces derniers savaient défendre le privilège de leur qualité de vie. Lauzerte continue aujourd'hui sur cette voie, au grand plaisir de ses visiteurs. 

Comité Régional du Tourisme de Midi Pyrénées.

Itinéraire d'une bastide

Place des Cornières
De dimensions modestes (35x30m), elle s’étend là où le sommet de la butte, en s’élargissant, offre les plus grandes possibilités d’aménagement. Lieu de vie communautaire de la bastide par excellence : marchés, annonce des décisions consulaires, lieu de spectacle, lieu d’exécution. Bordée d’arcades en plein cintre, en anse de paniers sur trois de ses côtés et de maisons s’échelonnant du XVème s. au XVIIIème s., la place possède une maison d’angle qui lui confère le nom de cornière.

Eglise Saint Barthélemy
Elle s’insère, de manière inhabituelle, perpendiculairement à la place. De l’édifice primitif du XIIIème s., il ne reste plus que la première travée et le portail donnant sur la place. L’église, lors des différents travaux de reconstruction et d’agrandissement, a été désorientée. On peut y lire les différentes campagnes de travaux. Mobilier intéressant : stalles, tableaux, retable baroque, lambris peints attribués à Joseph Ingres et ses élèves, orgue de choeur.

La Barbacane
Après les grandes périodes de trouble, cet ouvrage militaire défensif qui protégeait la Porte d’Auriac des assauts du faubourg, a laissé place à une esplanade poétique. La magnificence du lieu a d’ailleurs inspiré un poète local :
« De l’antique rempart qui domine la plaine
Où le long ruban vert du Lendou se déploie,
On peut voir tous les soirs, montant de chaque toit,
De petites fumées qui leur font une haleine … »

La Barbacane, Pierre Sourbié (1906-1985)

Jardin du Pèlerin
Cet aménagement inédit retrace l’histoire et le parcours initiatique du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. 
Le Jardin se présente comme un jeu de l’oie. Un sentier parsemé de cases et de panneaux numérotés permet aux joueurs ou promeneurs de se déplacer en suivant des étapes qui racontent le quotidien
du pèlerin. 
Entrée libre toute l'année, dépliant & jeu de dés disponibles à l'Office de Tourisme.

Grand Rue, Rue de la Gendarmerie : 
les maisons médiévales.

Lauzerte est loin d’être fidèle au tracé en damier type d’une bastide. 
La configuration du site explique cette adaptation. Deux rues longilignes épousent les contours du relief et sont entrecoupées de petites rues transversales. Elles sont bordées de maisons de marchands en pierre de taille blanche datant des XIIIème et XIVème s. qui témoignent d’une période faste de construction civile dans la bastide. Elles rappellent l’époque prospère où Lauzerte jouait le rôle de grenier de la ville de Cahors. L’unité de leurs façades est toujours lisible sous les transformations : au rez-de-chaussée, deux ouvertures en ogive (la grande réservée à la boutique et la petite à l’accès du logis), un entre-sol éclairé de fenestrous pour entreposer les marchandises, un 1er étage dévolu à l’habitation, partie la plus noble de la maison qui s’ouvre sur deux fenêtres géminées avec chapiteaux sculptés et les combles avec un oculus.
Maison de marchands - XIIIème s. Illustration Rino Bandoch >

Ancien couvent des Clarisses
Cet ensemble de bâtiments abrita une communauté de sœurs clarisses du XVIIème s. à la Révolution. Il fut par la suite le siège de la gendarmerie, d’où le nom actuel de la rue. Façade Renaissance (portail, fenêtres à meneaux). Propriété privée.

Place de la Brêche
Nommée ainsi en référence aux différentes prises de la ville par ce lieu (Anglais pendant la guerre de Cent Ans et protestants pendant les guerres de religion).
Fontaine et pyramides en céramique de Jacques Buchholtz dans le jardin au-dessous.

Rue de la Mairie
2ème artère principale de la bastide. Elle correspond au 1er parcellaire d’habitations du Castelnau, le plus remanié par la suite. Habitations datant du XVIIIème s. avec des vestiges médiévaux (portes, fenêtres …). Coin des puissants, opposé aux faubourgs (quartiers populaires et des tanneurs).

Place du Château
Permet d’apprécier la position stratégique et naturellement défensive de Lauzerte, jadis place forte surveillant au nord la vallée de la Barguelonne et à l’est la vallée du Lendou. Cette place marque l’emplacement de l’ancien château.

Eglise des Carmes
Au pied de la ville, à la sortie du Faubourg d'Auriac.
Créée suite à l'installation des Carmes au XIVème s. Relevée au XVIIème s., suite aux guerres de religion et remaniée au XIXème s. Retable baroque, orgue de choeur, chaire.

Promenade de l'Eveillé
Créée au XVIIIème s. sur les anciens fossés, cet aménagement répond à la volonté des Consuls (administrateurs de la bastide) d’offrir aux habitants un lieu de promenade et de foire aux bestiaux.
Les façades extérieures des maisons, ancrées dans le rocher, faisaient office de rempart. 

Histoire locale

Vue lointaine de Lauzerte - ph. B Tauran
Vue lointaine de Lauzerte - ph. B Tauran

Lauzerte surplombe les vallées de la Barguelonne et du Lendou offrant un site naturellement défensif.
La période qui marque le plus l’identité de Lauzerte est le Moyen-Age. Fin du XIIème s., deux nobles locaux, sollicitent Raymond V, Comte de Toulouse pour établir sur le site un château et un parcellaire de 200 maisons d’habitations : c’est la naissance du Castelnau, mouvement d’urbanisation qui préfigure les bastides, à la fois politique d’aménagement du territoire et calcul stratégique face à la menace anglaise, toute proche. Selon l’historien Charles Higounet, la construction de Lauzerte pourrait être à la fois l’apogée et la fin de ce mouvement. La forteresse, avec son château, son enceinte, ses tours et ses six portes fortifiées faisait la fierté de ses habitants et des rois de France. Henri IV la dépeignait comme « une de nos quatre clefs dudit pays de Quercy […] presque imprenable, tout à cause de la situation que forteresse ». Malgré cela, elle connut l’occupation anglaise et plus tard les guerres de religion.
La prospérité de Lauzerte reposa sur la présence d’une sénéchaussée secondaire (juridiction d’appel), créée entre 1450 et 1500 dont le ressort englobait une centaine de communes. Elle fonctionna jusqu’au XVIIIème s.. Autres principales sources de richesse, l’exercice d’un contrôle économique sur la campagne environnante et les oboles laissées par les pèlerins lors de leur passage.

Quelques dates...

XI° siècle: Le Pays appartient aux Seigneurs de CASTELNAU-MONTRATIER.
XII° siècle: LAUZERTE est devenue la propriété du Chapitre de CAHORS, lequel l'inféode aux Seigneurs de AUCASTELS, famille DE CASTANHER.
1176 Raymond V, Comte de Toulouse, séduit par la position dominante du "PUOIG DE LAUZERTE", en sollicite le don à ARNAUD GAUSBERT DE CASTANHER.
1194 Raymond V, s'engage à octroyer des Coutumes et des privilèges aux habitants, ainsi qu'aux Seigneurs. Tout ceci est confirmé par une Charte.
1241 Raymond VII, petit fils de Raymond V, confirme les promesses faites par son grand-père. La Charte est déposée entre les mains des Lauzertins.
1251 Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, époux de Jeanne de Toulouse, est en visite avec elle à LAUZERTE.
1259 Le traité de Paris donne le Quercy au Roi d'Angleterre. Les Anglais, qui voulaient occuper LAUZERTE, se heurtent à une vive résistance. Il y eut un grand carnage. Les armes nombreuses et les ossements humains, qui furent retrouvés sur la petite place du Carnel (charnier), l'attestent.
1269 Nouvelle visite d'Alphonse de Poitiers et de son épouse. Le comte fit un don de 60 Sols d'or pour l'Hospice, alors que la Comtesse Jeanne donnait la même somme pour la Maladrerie (Léproserie).
1271 Mort d'Alphonse de Poitiers. Pour la première fois LAUZERTE passe sous la domination directe du Roi de France.
1272 Contestation par le Roi d'Angleterre du testament d'Alphonse de Poitiers attribuant le Quercy au Roi de France, Philippe XI " Le Hardi ".
1289 Le Roi d'Angleterre obtient une rente de 3000 livres par an. LAUZERTE reste occupée par les Anglais.
1291 Révolte du Quercy. LAUZERTE se délivre de l'occupation Anglaise par ses propres moyens. Pour la récompenser, Philippe Le Bel, par lettres patentes, l'élève au rang de Chef-lieu de Bailliage, Châtellenie du Quercy, Siège de Sénéchaussée.
1305 Fondation du Couvent des Carmes, restauration et nouvelle consécration de la Cathédrale de N.D. des VAULX.
1320 Massacre des Juifs par les Pastoureaux.
1346 Hugues de Cardailhac mit sérieusement LAUZERTE en état de défense, cela permit aux Lauzertins de se maintenir contre le Roi d'Angleterre et ses partisans. Cette résistance de LAUZERTE lui valut les faveurs du Roi Jean Le Bon.
1562 Le 15 août, DURAS, à la tête d'une armée protestante, réussit à pénétrer dans LAUZERTE en fête. La bataille, opposant les Catholiques aux Protestants, tourna à l'avantage de ces derniers et se solda par 567 morts dont 194 prêtres.
1572 LAUZERTE est de nouveau dans le camp Catholique grâce à Terride et ses soldats.
1789 LAUZERTE est représentée dans le Tiers Etat. Un Cahier de Doléances est rédigé, les 58 membres élus désignent pour les représenter ARNAUD GOUGES CARTOU, négociant, qui était favorable aux réformes.
1800 Les districts supprimés, LAUZERTE n'est plus qu'un Chef-lieu de Canton.
1808 Napoléon ler, crée le Département du Tarn-et-Garonne. LAUZERTE, qui jusque là faisait partie du Lot, est rattachée au nouveau département.

voir la boutique de l'Office de Tourisme

 
HAUT